Lettre à l’absence #20 : Le pardon

Cher toi, Parfois ça fait mal; et on comprend avec le temps que le pardon c’est plus qu’un mot… Il y a déjà le pardon personnel qu’on doit s’accorder pour accepter qu’on a été un gros con, puis obtenir le pardon de l’autre, ça ne se commande pas, ça ne s’impose pas. C’est parfois le temps qui offre une seconde chance…

Les conséquences d’un acte c’est parfois le mépris, l’incompréhension et parfois les remords… C’est souvent ineffable.

On n’en sort jamais le même, on grandit, on prend de la sagesse. Un peu comme le confinement qui nous change un peu, on se rend compte que la liberté est précieuse.

93657889_1621403871356721_9069804214170943488_o

J’ai réalisé un truc l’autre jour.
On se focalise tellement sur les attentes des autres qu’on finit par oublier qui nous sommes et ce dont on a réellement besoin. A trop vouloir plaire on devient l’ombre de l’Être pour n’être qu’Avoir. 
C’est en cela le truc le plus étrange au quotidien: on vit sans cesse dans l’approbation des autres, mais les autres attendent également la même chose des autres. C’est bête car on finit par ne plus être honnête avec nous-même.
A trop chercher à plaire on finit par se perdre en route.Je pense que je me suis trouvé en comprenant que je m’étais perdu. Quand je t’avais mis la pression sur tout c’était stupide et bête. Quand quelqu’un a besoin de temps, il n’a pas besoin d’ultimatum, il a juste besoin de mettre ses idées au clair et aussi de temps pour guérir. 

Car je sais qu’à trop chercher à te comprendre pour essayer moi-même de me rassurer, j’ai fini par devenir comme une pierre que l’on jette dans l’eau. 
La vie ce n’est pas ça. La vie c’est un long fleuve, il n’est pas tranquille mais nous ne devons pas se jeter dedans uniquement pour faire la bombe.Parfois il vaut mieux être le nénuphar qui flotte au-dessus de l’eau que de terminer au fond de l’eau comme la pierre qui coule. 
Voila. J’espère qu’un jour tu me pardonneras d’avoir été maladroit, ainsi que tout le reste! L’avenir appartient à ceux qui se lèvent du bon pied. 

4 réflexions sur “Lettre à l’absence #20 : Le pardon

  1. Joli texte ! Ah le pardon c’est tout une histoire, il n’y a rien de plus difficile que d’accepter que l’autre ne nous pardonne pas…

    1. Je pense que ces trois dernières années à travailler sur moi et ma relation aux autres m’ont apprise une chose, rien n’est jamais établi et tout est en mouvement. La méthode Hoponopono peut aider à beaucoup de choses.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s