Journal d’une éternelle insatisfaite

A LIRE de toute urgence

Tea Time in Bloomsbury

Récemment j’ai lu un article sur la blogosphère qui critiquait l’existence d’une prétendue injonction à la lecture légère de l’été. Pour ce faire, il créa sa propre injonction à lire des romans fleuves l’été. Ce à quoi j’avais très envie de répondre quelque chose du genre : « tu veux bien foutre la paix aux gens, laisse les lire ce qu’ils veulent ! »
De plus, un roman fleuve sur la famille Duchampsfleuri dans le Canada du XIXème siècle à nos jours est souvent aussi stimulant intellectuellement que le dernier Levi, Musso ou je ne sais quel autre Monsieur/Madame tête de gondole. Ce n’est pas parce que le bouquin est épais ou écrit avec un Gaffiot que le contenu est intelligent !
Mais bon vu les inepties du gars, je me suis dit que 1°) je ne gâcherai pas des minutes précieuses de ma vie à entrer dans un débat perdu d’avance avec un…

Voir l’article original 848 mots de plus

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s