Lettre à l’absence #28

Si tu voyais les gens, si tu savais.
On est tous là, à tenir bon. Certains sont au charbon, pendant que d’autres vivent l’attente comme une prison.
Le pire dans l’angoisse de l’ennemie invisible, c’est cette fatalité de ne jamais savoir comment et pourquoi.

Continuer de lire « Lettre à l’absence #28 »