Quand un patron sauve la vie d’un client |How to Save a Life|

Pour ceux qui travaillent dans le commerce de détail, avez-vous déjà été alarmé par les articles qu’un client achetait ?

Quand je travaillais dans une station-service, un homme d’âge moyen qui était un habitué, est venu et a acheté beaucoup de bière, du vin, de nombreux paquets de médicaments contre les allergies ainsi que quelques paquets de cigarettes.

Ce n’était pas ça le plus étrange… Quand il a voulu payer, il s’est arrêté et m’a regardé.

Il m’a dit : « Si je prenais toutes ces pilules et que je buvais autant d’alcool que possible, pensez-vous que ça me tuerait ? Ou pensez-vous que je me transformerais en légume accroché à un tube d’alimentation sous assistance respiratoire ? »

Je suis resté là sans savoir quoi dire pendant une minute ou deux.

Il me fixait, attendant une réponse.

Finalement, il a ri et m’a dit : « C’est pour rire… combien je vous dois ?« 

Mon directeur adjoint était à la caisse juste à côté de moi et a tout entendu.

J’ai dit « Monsieur, malheureusement je vais devoir refuser cette vente et vous conseiller de chercher de l’aide…« 

Il m’a dit : « J’ai essayé. Il n’y a aucune aide pour moi, jeune homme, maintenant combien je vous dois ?« 

Mon directeur adjoint est venu et lui a tendu un petit bout de papier et lui dit : « J’espère que ça vous aidera…« 

L’homme l’a regardé et a dit : « La hotline du suicide ? Je n’ai pas besoin de ça, je dois mourir. Le client est normalement roi… maintenant, combien je vous dois ?« 

Mon directeur adjoint a composé le 112 sur son téléphone portable et l’a laissé près de sa caisse.

Il a fait le tour du comptoir et a accompagné l’homme vers un endroit tranquille et a parlé avec lui jusqu’à ce que 2 officiers entrent et qu’ils parlent à l’homme pendant un moment, avant d’appeler une ambulance. À un moment donné, l’homme s’est mis à pleurer.

L’ambulance est arrivée et a emmené l’homme.

[Environ une semaine plus tard]

Le type est revenu et nous a remercié de l’avoir aidé, il nous a donné des cartes-cadeaux pour un restaurant et 50 dollars chacun. Il nous a remercié encore et encore. Nous avons essayé de refuser ses cadeaux mais il a insisté encore et encore, alors nous avons accepté.

Il s’est avéré que sa fille venait de décéder à cause d’une maladie grave et qu’il n’était pas dans son état normal lorsqu’il est arrivé ce jour-là.

Je vois ce type de temps en temps en ville depuis que j’ai quitté ce travail.

Il m’arrête toujours et me dit bonjour. La dernière fois que je lui ai parlé il allait bien.

Source

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s