Retour lecture

41qb-whtf9l-_sx329_bo1204203200_1Salah a des copains, des frères et soeurs, des camarades, de la famille en Algérie, mais pas d’amis. Il a le téléphone, mais personne à appeler. Il a un annuaire, mais tous ces noms d’inconnus rangés par villes et par ordre alphabétique lui donnent le vertige. Pourtant il meurt d’envie de décrocher le combiné, de faire tourner le cadran avec ses doigts, de dire  » Allô ?  » et d’entendre une voix lui répondre. Ce sera son premier coup de fil. Et peut-être son premier ami. Quand enfin il se jette à l’eau et compose un numéro pris au hasard dans l’annuaire, c’est une fille qui lui répond. Elle est en CM2 comme lui. Elle s’appelle Sarah. Elle est juive. Une seule lettre de différence entre leurs deux noms. Des siècles d’histoire, de culture et de religion de différence entre leurs deux peuples. Et si la solution, c’était de se parler ? Se raconter des secrets, se conseiller des lectures, se confier ses passions, ses questions, ses soucis ?  » Le téléphone vous accepte tel que vous êtes.  » Il n’y a pas que lui. L’amitié aussi. Ce livre est paru une première fois dans la collection  » Bibliothèque de l’Amitié », chez G.T. Rageot, il y a vingt ans, en 1983, à une époque où personne n’avait encore de téléphone portable Plus d’infos

Continuer de lire « Retour lecture »

Publicités
Mariage

Le petit discours dans la film "Trois Bagues au doigt"

Aujourd’hui en regardant « Trois Bagues au doigt » nous avons été touché par le discours que fait Luke. Dans ce discours il explique pourquoi ça cloche chez les hommes, ils sont toujours à devoir répondre aux attentes des autres, ses envies personnelles, de sa famille ou de ses amis. Enfant quand le père quitte le foyer, on dit au garçon qu’il est le maitre de la … Continuer de lire Le petit discours dans la film "Trois Bagues au doigt"