Lettre à l’absence: Nous rions ensemble

Cher toi

Je t’écris car je me souviens des journées où on jouait ensemble.
Quand on prenait nos bicyclettes puis nos VTT.On était vraiment heureux et insouciants.
Puis un jour on n’a plus ri ensemble…

Je me souviens très bien de leur moquerie, de leurs doigts pointés sur moi.
Je te regardais en appelant à l’aide du regard, mais tu disais rien, tu détournais les yeux…
Puis tu as ris avec eux. 

A partir de ce jour, tu faisais comme si de rien n’était, tu changeais de place dans le bus. Tu changeais de trottoir.
J’ai fini par ne plus prendre le bus et rentrer à pied tous les soirs, non pas pour fuir leur regard, mais pour ne plus voir ce malaise entre nous.

Maintenant tu fais des grands signes des deux mains quand je te croisemais j’ai du mal à laisser de côté cette époque.Je t’ai pardonné de ne pas avoir été assez fort, mais en 18 ans, tu aurais pu faire le premier pas. Non, tu es là, tu me regardes comme si on était encore les meilleurs amis d’autres fois, sauf que je n’y arrive pas. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s